dimanche 16 novembre 2008

Le cri-cri ds frous-frous





*


Tu vis dans la "Nature Urbaine"

ton sol tactile :
C’est l’ondée soudaine qui rayonne la rue.


le rayon changeant,
modifie les manuscrits.
magnifie les étioles dansantes

… les arbres de circonstances.

Le Soleil se couchant
sous le chant de la Lune.

Dans la plaine d’Est en Ouest
du frigo Parisien.


...............................

Le froid,

sous les pas pressés

des Istres crevés

avance.

...........................................

Tu vis en milieu humain ;
La Chine enfance.

Ta trajectoire est sereine,
les transports communs.

La littérature affichée sur les panneaux dorés
définit la numismatique
précise des corpus
d’androgynes endormis

Les grandeurs fragiles
des légions de crânes
cernées des voitures sublimes
et des rapports ennemis.
....................................

Ma race est borgne,
La place est bonne.

..............................

Des lourdeurs bohèmes

des langueurs obscènes

échappées de matines potences,

la clarté des topiques envahit les fronts des Centaures ....




Ô
Le vert panache des coquines frimousses
le paradis lippu des hôtes cinétiques,

ton Amour solitaire

par décret -

par paresse provisoire?



- Arrêté.





*

Aucun commentaire: