lundi 10 janvier 2011

Terreur nocturne.

./.





Il est de bon ton ces jours-ci de raconter ses rêves sur le divan des blogs, je ne résiste pas à l’envie de participer à cette séance collective. Voici deux extraits qui ressemblent d’ailleurs plus à une terreur nocturne et à un cauchemar qu’aux voluptueuses émanations de l’inconscient.

Dans le premier, où je n’arrive à me remémorer que quelques bribes, lambeaux éparses, j’étais dans une banque quand des malfaiteurs font intrusion et tirent sur les clients. Une balle m’effleure au flanc gauche, je sens une légère brûlure sur mon épiderme et plonge à plat ventre sur la moquette épaisse. « C’est ma chance » me dis-je, de rester à faire le mort pendant qu’ils vont abattre froidement les autres clients et je reste au sol comme un pantin désarticulé, mordant le poil épais du tapis de sol afin de mieux contenir l’effroi qui m’envahit.

Sans doute quelques réminiscences des actualités…

Le rêve se poursuit en pleine confusion, où, dans la prise d’otage qui s’ensuit, je partage l’intimité des malfrats que je reconnais maintenant être les charmants fleuristes d’en bas de chez moi…il est question de photocopieuse et là, sans être post-Lacanien, il me faut reconnaître la coïncidence avec le fait que je dois faire ce matin toute une série de photocopies pour mes cours de dessin et surtout ne pas oublier mon code d’accès secret à l’appareil…

Le second rêve.

On m’explique que je vais avoir à intervenir sur une agression de téléphone portable dans le métro. C’est une femme qui se fera agressée et je pourrais donc intervenir directement sans sommation.

Mon instructeur m’explique comment frapper directement au visage en démultipliant la force de frappe : dans le déploiement vrillé du bras en directe ligne sur le menton, en serrant le poing avec une concentration appliquée, accompagner le coup vers le point de chute. Achever le travail au sol.

« Bien bien ! » me dis-je, mais je ne me sens pas vraiment une âme de justicier, Dieu pourrait peut-être éviter ce crime, cela m’éviterais du même coup d'avoir à intervenir pour un résultat identique ! Alors je me pose la question, « ce message vient-il de Dieu ? » Et la réponse ne se fait pas attendre car suit un affreux glapissement adipeux qui révèle la vraie personnalité de mon interlocuteur nocturne.

Mais quand tous ces démons me laisseront-ils dormir en paix…

Dans le sommeil, la raison est audacieuse et se permet ses propres explications,d'où cette analyse réflexive interne au rêve: "Toutes les liaisons vers le ciel sont transparentes dans le monde spirituel et susceptibles d’interférences douteuses, il faut développer un discernement infaillible et immédiat.
Réveil.
Question réminiscences, peut-être n'aurais-je pas dût me livrer au voyeurisme de regarder le gros Lepen à la télé hier soir.

NB: préparer un billet avec illustration sur la "Reine du ciel" qui n'est qu'un succube démon.






./.

4 commentaires:

lucia mel a dit…

des conflits, des agressions... le ciel, Dieu... et la femme au ciel... qui devient un démon... (succube).

oui, plutôt un cauchemar...

Simon Gaetan a dit…

tiens Lucia, regarde ce lien vers cette conférence enregistrée de Michel d'Astier de la Vigerie

http://www.dailymotion.com/relevance/search/michelle+d%27astier/video/x1h0dw_3-esprits-du-diable-contre-leglise_shortfilms

lucia mel a dit…

Elle n'est pas un peu givrée ? ça me semble assez parano (surtout quand elle stigmatise le bouddhisme) comme approche spirituelle, mais... il y a quelques points intéressants.

Simon Gaetan a dit…

il y a à prendre et à laisser..