samedi 19 mars 2011

Erotésisme. #01

*


Voici les notes qu'avaient prises Vanaidara Kandarhi Lanéra juste avant de mourir et que nous avons retrouvées griffonnées et posées sur la table de nuit de l'hôtel où elle fut assassinée par les troupes rebelles pro-indépendantistes.
Nous les publions ici à titre posthume avec l'accord de Mr Ralamato Kalamataratumi, son mari.




*






*

Mangha'Por

Je vois des rubans bleus.
Des farandoles veloutées dans la nuit qui ondulent au gré du vent.
Une lumière illumine la place des Nations où attendent les potentats avec les éléphants.
je me retourne inquiète vers la foule, tu jettes un coup d'œil dans le rétroviseur.
la nébuleuse rejoint le rond-point après l'allée des Citronniers.
Nous passerons le Rond-Point!
..........................................
le tapis de sol bouge
............................................
Les vipères sacrées ondulent sous nos pieds, s'enroulent à tes pédales,
et commencent à faire des boucles autour de mes jambes
...........................................
Bientôt nous quitterons la capitale Mangha'Por.
...........................................
Les panneaux de pubs nous renvoient par intermittence la lumière des phares
sous forme d'éclairs...au rythme des périphéries des zones commerciales .
Les chats tigrés qui sont sortis du coffre se prélassent à l l'arrière sur le sièges en cuir.
ils montrent leurs ventres tout blancs et leurs belles crinières grises.
Y'en a au moins une dizaine et  ils envahissent tout l'habitacle de la Buick.
..........................................
J'entends le craquement des canines perforant une à une les têtes d'aspics.
Dans ce qui reste du losange d'écailles de nacre, une fois mâchouillé par les chats, un liquide
transparent à peine rosâtre perle et envahit l'espace d'une senteur acide.
Mon corpss' abandonne et je me laisse aller.
A force de fumer ma gorge s'est tuméfiée et une glu aqueuse m'irrite
Je n'arrêtes pas de tousser et le souffle me manque.
J'ai l'impression de lire du Sollers.
........................................................




Hotel Prima Vera.

Je monte dans la chambre pendant que tu règles.
Tu vas essayer de joindre la Direction des Glaces en appelant depuis la réception.


 
*


*

Assise au bord du lit, j'ai ouvert les portes de métal et je regarde la lune.
Rêveuse, je contemple mes bas roses.
...........................................................
La fatigue m'éreinte -  suis plus capable d'aucun effort.
Y'a une bouteille de Whisky et de la glaçe dans le frigidaire.
...........................................................
Une vague de mirages me traverse l'esprit.
Qu'est-ce-donc que ce galet noir?


                                               
 




Après la douche, une fatigue s'est glissée en moi, me possède et me rend  incapable du moindre effort

C'est étrange cette noirceur,
.....................................
Cette plaie béante qui sans cesse les attire.
Une boule hirsute en saillance sur mon bide.
Ma blessure.
"- Hè! vous êtes tous venus par là.
   c'est pour cela que vous voulez y revenir.
   He!
   Mais par cette porte on  ne peux pas revenir!"


                                                                          

 J'attrappe de mon sac le vieux livre que tu m'as donné
 et tourne la pages jaunis jusqu'au ruban de soie.
c'est une version bilingue  Kobbé-Yatoussi et Français.


KATTA YANI
TAÏ KA DO
KORA DOPE  NOSOME
PA DARI TAKOSSAMI
SANCTO DELANGUI PORA VENI
DINALOGA POTENTA  CARREPOSSIDARE
MANTALI.


***





./.








1 commentaire:

lucia mel a dit…

continue à écrire, à imaginer, à créer, librement, sans être tenu par les classements (et les sociétés commerciales qui sont derrière), ces tiédeurs de l'esprit.