dimanche 12 février 2012

- La question de quoi?



*


- La question de quoi




- Vous le savez très bien…

- Mmmfff… Adorez un seul Dieu, comme le propose les religions monothéiste, n’a jamais voulu dire que le ciel était vide de toutes autres instances, vous me suivez. Il ne s’agit pas de croire ou de ne pas croire, mais de comprendre ce que je lui ai fait pour avoir une vie comme ça.

- Redevenez sérieux Solaré, je vous en prie.

- On s’arrête comment ? On à beau vouloir corriger le système, la souffrance est la seule force motrice de l’élévation et redescendre …c’est la chute. Répondre à Dieu c’est mettre un pied dans l’ordre de la Tragédie.

- Le malheur qui semble vous accabler est imputable à Dieu Solaré, pas à vous-même, pas à la société?
La vision du Dieu que je connais n’est pas celle d’un gentil horloger, mais celle d’un Dieu terrible qui peut vous griller la tête comme une tranche de Harry dans un grille pain réglé au maximum. Le Dieu des antiques, celui qui tombe sur la tête.

- Continuez

- Jésus-Christ, aurait-il eu besoin de nous dire qu’il était notre avocat auprès du Père si celui-ci était un gentil Papa-Gateaux?

- Qui vous dit, que vos ennuis récurrents ne viennent pas de vos rapports avec vos contemporains? Vous êtes, comment dire, un peu décalé… Est-ce que je me trompe en disant cela?

- Je ne suis pas décalé Monsieur Simon, C’est la société tout entière qui est à la masse. Voyez vous il y a une telle perte de sens, que seule la question subsiste et la réponse est une variable, à la limite sans importance dans sa teneur, les x réponses deviennent ambivalentes. La réponse: c’est la statistique des réponses.

Alors quoi…si c’est celui qui propose le menu , "Qu'est-ce qu'on mange?"
à la place du cuisinier… c’est à gerber….

- Calmez vous Solaré? Calmez vous sinon je vais devoir interrompre notre conversation, et plus nous interrompons , plus nous retardons notre thérapie et votre sortie  éventuelle du Centre.

- Bon alors c’est normale, dans cette spirale du vide, Drucker interview Sébastien ou, ce qui revient au même: Elkabbach interview Duhamel, on est content, on a gagné 10 cm de profondeur. Vous voyez … la République laïque, sans le culte de l’Être Suprême, ca marche pas.

- Vous êtes Bonapartiste Solaré? Là, dans le contexte du Centre …vous ne faites pas preuve d'une originalité foudroyante… Je plaisante, c’était pour  détendre l'atmosphère, d’ailleurs vos petits camarades ne sont pas Bonapartistes, ils se prennent tout simplement pour Napoléon.

- Le regard de Napoléon, que l’on peut croiser dans certains portraits au Louvre, est un des seul regard qui m’a touché.

- Les autres?


- On ne parle pas de ceux qu’on aime.

- J’aimerais que l’on y revienne pourtant dans une séance ultérieure, je sens qu’il s’y joue quelque chose, je voudrais dénouer ce nœud, enfin!  il vous appartient…Vous n’aimez pas les Drucker?

- La famille Drucker!… je vous l'ait dit: l’objet de la Représentation a pris la place du Sujet. C’est l’Homme-Comédien qui est le fer de lance de notre perte de sens, peu importe "Qui" il représente, c’est le fait de "comment-jouer" qui lui donne le statut d'etre le Sujet de l’émission… indécence. l'imposture,  c'est la nouvelle posture et la duplication, c’est devenue votre symboleAh ah ah !  Une bonne blague, c’était de dire: on aurait dû maintenir la peine de mort pour les architectes du Forum des Halles, la France défigurée… Hé bé,  moi, je suis pour la peine de mort pour les présentateurs télé…. la Culture, ce n’est pas la promotion de l’industrie cinématographique. Quoique …«La Canopée» du nouveau Forum…ça sera pas mieux que ce qu’y avait avant. La perte, la perte, la perte.Si l’homme en avait le courage et l’amour, il pourrait se débarrasser de son corps et sur cette terre encore.Mais iln’ose pas!Quandilose…c’est la répression.On préfère interviewer Bardot sur son dernier film.
C’est parcequ’ily  à un fort Hasard etdéterminisme que le signe,qui est une parenthèse, existe,qu’il est
hors-système les paranos sont les enfants du signe et leurs bannissement c'est le triomphe du Mal.

-Bien Solaré! nous arrêtons là pour aujourd’hui.





***

Aucun commentaire: