mardi 10 avril 2012

Hélicon.


*





J'avais eu peur, au début, que la chatte de la voisine se fasse ses griffes sur mes toiles de lin. Mais cette grosse mémère était plutôt du genre tranquille et passait sa journée assoupie sur les coussins. Une rasade de croquettes, même humectées d'essence de térébenthine (je l'avais renversé) suffisait à calmer ses ardeurs pour l'après-midi. Pour ma part, mélangée incidemment au tabac à rouler, celui ci demeurait néanmoins fumable malgré le fort goût de menthole que lui conférait la téré.







*






*

On ne répétera jamais assez le danger qu'il y a à faire de l'hélicon. A cause d'un accident d'hélicon,J'ai passé la moitié de ma vie dans une solution à base de formol. Quand je me suis risqué, au bout d'une vingtaine d'année, à rejoindre la fanfare des Beaux-Arbres, ma place n'était pas prise... Non! pire que tout, cet instrument non seulement s'était éclipsé du paysage sonore mais sa légitimité de cuivre avait tout bonnement  été supprimée.












*







Comme dit le prophète Daniel.D, l'amour est une croix trop lourde à porter, c'est un matelas d'épines. La beauté... c'est un peu pareil. Est-ce-qu'il y a une autre langue où ce mot est employé au masculin? J'ai fini par comprendre,en plus, qu'il ne fallait pas d"e" à la fin.

Si on est addictif, on a tout internet à connaître sa dose... Malgré cela, il m'arrive encore de me faire submerger par tant de grâce exposée au  seul regard. Une vague de détresse m'envahit alors et, ce qui était le moteur de mon n'art, se renverse en rétro-pédalage. Arrivé à la soixante-dix huit-ème année de pratique ( un homme prévenu en vaut deux?)  et pour que la prophétie de Daniel.B se réalise, j'arrêtais de  déshabiller les filles pour ne plus faire que les habiller. Nonobstant, conservais ce pré sacré de quelques centimètres où perles d'ombres et canaux sans fin. Comme le procédé de gravure du son des gramophones , l'aiguille enregistre  le son sur son rouleau de cire, le frottement du pinceau sur la toile enregistre mes dialogues, (à ce titre je ne conseille pas les modèles asiatiques qui , si ils sont experts dans l'immobilité, sont complètement aphasiques,... ce qui réduit la conversation). La pratique de la peinture est une porte d'accès pour comprendre la Peinture. C'est seulement depuis pas très longtemps que je viens de comprendre "la Peinture"... avant je ne sais pas ce que je faisais: Je retraversais les étapes de son histoire, surpris et consterné de  faire du machin ou du truc. La légitimité intellectuelle  de son intemporalité: elle est dans sa pratique intrinsèque et entre insectes. Ne vous l'ai-je pas dit? et mal dit!, que pour les gros minets le Monde est d'entrée de jeu conceptuel, comme de l'art conceptuel mais avec de l'art en plus. Ainsi l'amour pallie à toutes mes maladresses et déficiences d'artiste. De loin, c'est la plus belle technique qu'il soit permis d'éprouver que celle de l'élan amoureux. Paradoxalement cette force qui n'existe pas en soi mais seulement dans la transmission, sa négation, le don d'elle-même, trouve  parfaitement sa place dans le mouvement de la main et dans la gestuelle du peintre. On pourrait faire des miracles si on savait s'ouvrir à cette chose bizarre. Au fond, je dois avoir un coeur d'artichaut, c'est la raison pour laquelle après avoir travaillé pour les  plus grands de ce Monde , je suis proche de la paille et des saveurs exquises du nouménale.














*





Aucun commentaire: