mardi 24 avril 2012

Vertes lueurs


*



C'est une ancienne demeure construite il y a au moins cinq cents ans. Dans la restauration, j'ai laissé les pierres apparentes, simplement rejointoyées  avec un mélange de chaux et de sable ocre de Puisaye, les amortisseurs et les corbeaux en pierre  avaient été pillés à l'époque dans les ruines d'une abbaye environnante. Dehors, après dix ans de chantier cela commence à  ressembler à un jardin, un jardin merveilleux, plein d'arbres fruitiers et d'herbes folles savamment ménagées.La seule guerre qui subsiste est celle que je mène contre les pissenlits. Non ce n'est pas une mauvaise herbe, simplement totalement envahissante. Le jardin est  dans ce qui reste d'une place entourée de bâtisses aujourd'hui effondrées et le sol n'est pas de terre mais il est constitué d'un remblais de caillasses et de moellons sur lesquels, avec mon petit râteau, j'ai étalé la  précieuse matière. Que voulez vous! c'est mon Île d'Elbe, mon Europe, ma retraite réussie.



*





*



La nuit je me lève et descends voir le ciel, les étoiles et la voie lactée. Je pense à vous dans la ville et sous les réverbères, les néons. Remettre des bûches dans la cheminée, regarder les pierres en attendant que le jour se lève. Avec un peu d'imagination,  on peu voir dans chaque pierre un visage, un animal ou un monstre. Tiens à droite de la cheminée il y a un  bouffon, un esprit malin , c'est  presque d'actualité, il me fait penser à qui?




*









*



 Oui, c'est une étrange demeure où nous nous trouvons et ce n'est pas dans l'espace d'un blog que je pourrais vous raconter tout ce qui régulièrement se passe. La majorité des gens ont tort de ne pas savoir la magie. C'est en voulant planter mon cognassier  au milieu du jardin que j'ai découvert une cave qui était enfouie. A force d'enlever les gravas dans un puits de plus en plus profond  pour rejoindre la plaine terre, j'ai percé le ciel de voûte. Penchant ma tête à l'intérieur pour  examiner l'état de conservation de la cave, un très vieil homme qui était assis sur le sol m'interpella.




*







*



- Voila tu est grand maintenant, tu te démerdes tout seul...Cela fait des années que je paye ma conduite du passé , enfin je vais pouvoir quitter cette  foutue  strato et mon esprit  aller se balader dans d'autres galaxies. Je t'ai pas raté...  ne t'en déplaise... Grand Père est content, " peux mieux faire, mais ça va". Pense au testament et au fiston? ok? T'y prends pas au dernier moment. ok?



Ce soir en rentrant sur Paris, je  cherchais la confirmation dans un signe de la véracité de cette apparition. J'éteignis ma lampe de chevet et le sommeil avait à peine commencé son oeuvre quand je fus réveillé par de puissants éclairs de lumière blanche dans les yeux. Une fois puis deux...ça recommence me dis-je,... je n'ai plus peur? tiens. .. ou quoi? On prends des photos au flash dans la cour, il n'y avait  pas d'orage ce coup là ....mais non... c'est l'ampoule  de la lampe qui clignote  bêtement car j'ai mal poussé le bouton de l'olive.



Et si c'était vrai, que cette  foutue guerre de trente ans, commencée dans les vertes lueurs d'éclairs, fut enfin achevée....





*

Aucun commentaire: