samedi 5 mai 2012

Le ressac


*


Cinq heure, nous n'aurons pas à attendre que le ciel change sa robe étoilée pour l'habit de lumière.
C'est bleu-violet car le soleil vient de se lever
......................................................
Le ressac était-il déjà un lointain souvenir?

Dans la quiétude apparente tu te demandes si il n''était pas une fabrication de l'imaginaire, une proie charmante pour la résurgence des malédictions du passé.

Non, Ce n'était pas une illusion, toi qui sais aujourd'hui glisser dans la transparence des formules,


Il reproche à l'hiver sa froidure,

Au printemps les giboulées,

...Mars... avril... la grêle et les Saintes-glaciations.





Peut-être avait-il une chance qu'il n'a pas su saisir?


Je me rappelle... les sourires enjouées des passants...le prieur déconcerté.

Bien-sûr, c'est une fable que j'écris et j'aime y ajouter des inventions légères pour camoufler le vrai qui  ne passe que pour erreurs et fatuité...

La vie de mon écris, c'est l'écriture de cette vie et le rêve jamais réalisé.

Entre nous...
Tu as cousu cette vie de fil blanc et qui pourrait à part Toi dénouer l'emberlificotement?




 *

Aucun commentaire: