samedi 19 mai 2012

Dédicace



*


Pourrais-je vous dire un jour comment je suis arrivé là.Pourquoi toute la vie ne fut qu'une erreur; Je suis maintenant ce que je suis;Depuis l'enfance les vessies ne voient pas les lanternes,elles finissent toutes petites flammes,paroles errantes dans l'immense ville en attente.



La prime jeunesse

feu de paille

foulé aux pieds

broyé

éparpillé au vent,

perdue dans l'illusion

le doute

d'une raison résonnante dans l'océan vide.


Ce sont bien les mêmes qui vous abaissent vous rendent malade et se piquent de vous guérir. La répression est rude pour celui qui n'est pas dans le rang.La différence, l'enfer d'ici bas,je suis payé pour le savoir.J'ai aussi la certitude de posséder cette minuscule  part de vérité. Envers et contre tous les systèmes, l'esprit de revanche anime mon cœur


La volonté farouche

l'endurance

la comédie dans le parterre du néant

cette lente recherche

camouflée

une synthèse

Aller chercher dans le non-dit

ce que je veux savoir.



Je ne suis pas fière de ce ratage,j'espérais plusieurs fois, avec un acharnement de désespoir, remonter la pente,  ... mais je n'étais déjà plus moi: dans la  lessive il a perdu son âme. Voici! Mon humiliation, le constant déshonneur, l'avenir rieur ne croasse-il plus pour le fils des indignes?

 
J'aimerais vous donner... une vendange tardive

De cette brisure s'échappe des enchantements

parfums volés au pendentif d'une mère gracile

vins capiteux et fragrances subtiles







*

Aucun commentaire: