mardi 19 juin 2012

Un millésime parmi la vinasse



*




Sanguine,2005


*


Bien-sur chaque profession a ses petits privilèges associés, ainsi les cordonniers  sont ils mal chaussés qu'ils  ne  manquent de cirage pour leurs godillots. Moi qui vous parle, quand je choisis du vin en surface, je ne manque pas de faire valider mon choix par mon conseil afin d'obtenir à bas coût la saveur d'un  grand cru. Il ne faut pas abuser de ses prérogatives, la tentation est grande d'ajouter une arrière boutique à la  première devanture.  Aussi j'ai longtemps cuisiné sans aucun livre de cuisine et si aujourd'hui je n'improvise plus de recettes à l'arraché, c'est parce que, théodidacte, je sais cuisiner, mais que je réserve mon intuition à de plus nobles entreprises. Mes amis, qui sont aussi ses amis, me demandent à table pourquoi je n'ouvre pas un restaurant.
- Non! la cuisine, c'est une histoire d'amour, pas d'argent entre nous.
 Exception faite des situations graves, j'ai laissé  de coté ma sorcière bien-aimée, (abattons nous  les mouches  au bazouka?)pour entretenir avec l'ange une relation des plus spirituelle. Le vin,nous ne sommes pas une famille de vigneron,fait quand même partie d'une longue tradition familiale et échappât aux bonnes résolutions. La semaine dernière, je laissais selon mon habitude glisser ma main  sur le bord du rayonnage jusqu'à ce qu'elle s'arrête devant une bouteille dont l'étiquetage ne me semblait point trop désagréable. mais...

Ô!  Surprise du passage en caisse,
- Madame, il doit y avoir une erreur...
  Regardez je ne peux pas en avoir pour cette somme là!

Après vérification, par la hiérarchie, des produits, la vérité  apparut: un grand millésime s'était glissé parmi  la vinasse et sans lunettes il ne m'avait pas été possible de déceler le changement de décimale sur l'étiquette. Je choisis un Corbière et fit recréditer la différence sur ma carte bleue. Une fois passé le caractère humoristique de la situation, mon ciel s'assombrit davantage! car cela ressemblait furieusement à une rupture de contrat où les  deux partis  engagés reprennent leurs billes respectives. A force de râler c'était bien ma veine...  Foin! j'en connais d'autres qui ont remplis des pages de  jérémiades,  à tel point qu''on se demande si c'est ¨bien là la seul façon d'être entendu.Vexé mais grand seigneur, je demande à revenir en deuxième semaine en remettant sur la table le magot amassé dans les cieux;

Bingo,

Applaudissements des anges et des dieux.



*


Aucun commentaire: