dimanche 8 juillet 2012

Son Cœur.

*






L'heure arrive et elle est là

L'heure où l'entonnoir se vide.

Nous sommes au cœur du tourbillon

Dans l'œil du cyclone

L'eau se vide du goulot

Peut-on encore nous atteindre dans cette place qui fut la notre?

............................

Dans un temps qui fut très ancien

Ma langue était vivante

Elle claquait dans le vent et commandais à la brise, à l'orage.

Nous étions alors tous unis et tout Autre

Car nous étions dans la nature

La matrice

Et nous étions la nature vivante.

Toutes choses venaient de l'intérieur

Comme une mère donne la vie, la pensée à la matière.

Nous changions le monde de l'intérieur

Que s'est il passé pour que nous fassions la guerre?

Pour que nous rompions le lien qui nous unissait avec la Terre.

Changer le monde de l'intérieur

Sans l'amender,

Sans faire la guerre

Tu changes de robe et le Monde change

C'est la puissance active, féminine et secrète

C'est l'avenir.
.......................

Je ne commande plus aux vents et aux marées

Aux pluies fines,

A la grêle,

Aux tempêtes solaires

Mais je sais trouver encore le chemin qui éclaircit l'horizon

Dès les premiers pas

Dans la bonne direction...

L'horizon s'éclaircira.

Alors que le doute venait s'installer...

Aux limites des résistances...
Tu viens

Tu relèves celui qui tombe

Celui qui s'était levé.

Il n'y a qu'une seule voie

C'est la voie nouvelle

Celle qui n'est pas encore tracée

Celle des joncs et la mer s'ouvrira

Celle qui n'existe pas encore 

qu'il faut tous les jours inventer.

............................
Le soleil reviendra

Le soleil reviendra

 dès que j'aurais fait trois pas

Trois pas dans la bonne direction

Déjà je sens l'air léger

Un nuage bleu m'accompagne

Mes pas sont des échasses

qui voguent sur la voie

La brise me grise

 gonfle ma poitrine

Le rêveur est plus fort que la mort

..........

Esclave de l'amour c'est la liberté!

Sur ce chemin il n'y a pas de lois

...... de permissivité

Mais la liberté d'inventer tous les jours

la raison de Son Cœur.


*

Aucun commentaire: