mardi 5 mars 2013

Les confessions.


C'est un vieux livre dans un marocain 
le pages sont jaunies par le temps,
je les soulève précautionneusement
une à une, en prenant soin de ne pas froisser les inserts  et les illustrations colorisées.




L'auteur est un jeune moine d'une Abbaye des Bernardins
défroqué par ses supérieurs,  qui mena grande vie dans la capitale, avant d'être incarcéré dans une léproserie.Gracié par le Roi, il finit sa vie à l’hôtel de Montmorency où fut rédigé le bréviaire dont je vous parle ici.




*



L'explosion d'amour
la force créatrice de l'univers,
le flux énergisant qui surabonde,
tout ce "trop plein"
libéré en quelques miettes de secondes
 et qui jaillit du cœur du Père dans l'étendue
créant la matière, 
de cet Amour absolu et de cette énergie, 
du mouvement qui engendra le temps
sont nés la chute.


 *





 *
 La chute,
le pendant de cette transformation 
du don de Soi en l'être,
la chute,
C'est la force de non-retour
l'éloignement de la source
la jouissance sans partage
l'oubli de la connaisance
la fermeture et la nuit


*



 *

Ayant vu la liberté sans fard
Ayant vu
de mes yeux vu
 que cette liberté n'était pas une histoire 
à prendre avec légèreté,
je puis souscrire aux règles temporaires
que nous avons édictées,
sans pour autant jamais me soumettre
à quoi que ce soit 
qui irait à l'encontre du principe même 
que je me suis fait de la vraie Liberté.




***



Aucun commentaire: